Vous êtes iciAccueil>Dossiers>Carnet de bord>C46 - Lundi 2 octobre 2006

"Loisel, à l'ombre de Peter Pan" - carnet de bord
par Christelle Pissavy-Yvernault

C46 - Lundi 2 octobre 2006

J'attends d'un jour à l'autre le coup de fil de Vents d'ouest m'annonçant que mon livre part enfin pour l'imprimerie.

Je suis allée chez eux lundi dernier, vérifier que toutes les corrections de texte avaient bien été prises en compte. Le correcteur avait sévi une seconde fois, mon texte étant sans doute trop plein de fautes pour ne bénéficier que d'un seul passage au peigne fin... j'exagère un peu car je crois bien qu'il s'agit de la procédure habituelle. D'autant plus que la plupart des corrections concernaient la ponctuation. Mais bon, c'est toujours un peu vexant...

En tout cas, heureusement que j'ai relu une dernière fois car on avait oublié de retirer dans mon intro au premier chapitre le passage concernant l'annonce d'un témoignage de Jacky, le frangin de Loisel. Vous l'auriez cherché partout, sans succès, et je ne me serais jamais pardonnée d'avoir laissé passer une telle sottise.

J'ai aussi pu voir comment le maquettiste s'en était tiré sur les fameuses doubles pages que je lui avais demandé d'ajouter, à la dernière minute. Il n'a pu en faire que 5, la plupart des documents intéressants étaient dans une mauvaise qualité numérique et ne supportaient pas l'agrandissement. 5 doubles pages, c'est quand même suffisant pour changer l'impression que vous aurez de ce livre. D'autant plus qu'en faisant le "chemin de fer" ( le déroulé page à page de l'ouvrage), on s'est rendu compte qu'il nous restait la place d'en insérer une 6ème. Youpi ! Ca tombait bien, je regrettais vraiment de ne pas avoir en grand format une photo où on voit en gros plan la demi planche de Mickey dessinée par Loisel en début d'année je crois. Ca devait être une histoire de 15 planches scénarisée par Trondheim mais, ayant déjà trop d'engagements, Loisel n'a pas donné suite. Reste en tout cas cette demi planche superbe. Tiens, je dois l'avoir encore dans mes documents, je vais vous la mettre en pièce jointe. Regardez comme ça donne envie de lire l'histoire !

Voilà, cette photo est donc ma 6è double page. Elles sont toutes réparties à des endroits qui, selon Nathalie ( mon interlocutrice chez Vents d'ouest ) et moi, méritaient d'être aérés. Mais du coup, toute la pagination a été décalée et je dois refaire toute la liste des copyright puisque, évidemment, la photo page 68 n'est plus celle faite par machin mais plutôt par trucmuche, etc.

Avec Christian, le maquettiste, nous avons réalisé en deux temps trois mouvements les pages de garde. Elles sont exactement comme je les voulais. Le pied ! Moi qui déteste les pages de garde des albums de Peter Pan, pour le coup, je me suis fait du sur-mesure. Insolente et orgueilleuse comme je peux l'être, je me dis que Peter Pan n'en aura jamais eu d'aussi belles ! Désolée Régis, je sais que tu les aimes bien les tiennes. Tu as le droit d'avoir mauvais goût, parfois...

Quand je suis partie lundi soir de chez Vents d'ouest, après une énième dernière journée intensive de travail, le gros paquet d'environ 230 pages devait partir directement pour la "production Glénat" qui doit se charger de tout mettre sur fichier numérique. Une fois cela fait, hop ! direction l'imprimeur. A partir de ce moment-là, le compte à rebours pourra vraiment commencer et on saura s'il sortira à temps pour le 14 novembre ou bien avec une, voire deux semaines de retard... Wait and see. (NDWM : la date actuelle est le 22 novembre...)


Dès que j'ai le fichier pdf de la couv' + 4ème de couv', je vous l'envoie. Ca aussi, c'est exactement ce que je voulais. On aurait pu être plus audacieux, c'est sûr, mais parfois il faut savoir rester sobre pour ne pas être trop ringard deux ans plus tard. C'est plus sage.

Quant à ma vente aux enchères, j'ai eu l'idée de prendre un parrain. Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt ? Médiatiquement, il faut un parrain porteur pour communiquer sur l'évènement. Evidemment, j'ai demandé à Loisel qui, le pauvre, n'avait pas tellement le choix... Je dis "le pauvre" parce qu'en fait,cette action est de mon fait, c'est ma cause, et il se retrouve embringué là-dedans alors qu'il ne demande qu'à ce qu'on lui foutte la paix. Pardon Régis. Profitant de la sortie de "Magasin général" à la fin de ce mois, il profitera des contacts avec les journalistes pour vendre ma soupe et faire passer l'information dans les médias.

J'ai eu un compliment de mon éditeur, le grand chef de chez Vents d'ouest, qui m'a dit avoir beaucoup apprécié le passage de mon livre qu'il a lu. Quand il m'a dit ça, j'étais évidemment très fière. Mais ça n'a pas duré très longtemps car en fait, il avait lu la lettre que Régis a écrite à son père en 78 et que j'ai mise en intro. Je n'ai donc aucune gloire à en tirer pusique c'est Régis qui l'a écrite. Pas moi... M'en fous.

Aujourd'hui que tout ça est derrière moi, je regarde mon travail avec un peu plus de distance et je me dis que ça tient quand même bien la route. Je peux toujours pinailler si j'en ai envie, c'est certain, mais il n'empêche que lorsque je regarde aujourd'hui la mise en page, je la trouve quand même très agréable.
Et, dois-je vous l'avouer, en relisant les textes, je me suis surprise à passer d'une lecture technique à une vraie lecture intéressée, passionnée que j'étais par ses propos. J'étais même étonnée que ce soit aussi bien. Je ne me souvenais plus qu'il était allé aussi loin dans ses analyses ou le partage de son savoir. Il a vraiment été royal sur ce coup-là. Il ne faudra pas que j'oublie de le lui dire et de l'en remercier. Vivement.

A tout bientôt, je vous envoie un petit mot pour vous informr du départ pour l'imprimerie. Vous pourrez alors commencer à compter les jours avec moi...

Ch.

Informations supplémentaires

  • Date: lundi, 02 octobre 2006
Dernière modification le samedi, 24 octobre 2015 19:04
Lu 1134 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.