Vous êtes iciAccueil>Dossiers>Carnet de bord>C45 - Dimanche 10 septembre 2006

"Loisel, à l'ombre de Peter Pan" - carnet de bord
par Christelle Pissavy-Yvernault

C45 - Dimanche 10 septembre 2006

Je viens d'avoir quelques  nouvelles de mon bouquin. Je suis comme la plupart d'entre-vous, je découvre pas à pas les différentes étapes de sa réalisation. D'un éditeur à l'autre, la façon de faire n'est visiblement pas la même.

Jean-Yves, le maquettiste, travaille actuellement sur la réalisation des doubles pages - avec une illustration ou photo unique - que j'ai demandé à ajouter en dernière minute. Cela n'a rien d'évident car il doit tenir compte de la qualité de reproduction des documents fournis pour pouvoir les mettre dans tel ou tel format. Par exemple, j'ai eu des dessins superbes mais la qualité des scans était tellement médiocre qu'ils ne supportaient pas une reproduction supérieure à la taille d'un timbre poste... Il doit donc composer avec ce qu'il a, optimiser les documents, trouver des parades...

Se pose en plus le problème de la pagination et de la quantité de papier. Comme vous le savez peut-être, un livre se décompose en cahiers de 16 pages, voire 8. Sa pagination doit donc être un multiple de ces nombres. Comme nous étions tombés sur un nombre juste, nous devons donc obligatoirement ajouter 8 ou 16 pages. Mais avons-nous assez de documents de bonne qualité pour les remplir ?

Chez Vents d'ouest, ils ont également commandé chez l'imprimeur une certaine quantité de papier et, en ajoutant des pages, on prend le risque d'en manquer. On ne peut pas non plus en commander à la dernière minute car le papier doit être stocké plusieurs semaines chez l'imprimeur pour se faire à l'humidité des locaux...

Jean Defrance, le correcteur attitré de Peter Pan, a également mis son grain de sel en corrigeant toutes mes fautes. Je crois bien qu'il a eu du pain sur la planche... Comme me l'a dit un jour une copine sur le ton de l'aigreur : " je ne comprends pas qu'on puisse écrire des livres et faire autant de fautes !" Autant vous dire que je ne la vois plus ! Bref, au fur et à mesure qu'il intégrait les corrections dans le texte, Jean-Yves a envoyé les chapitres un à un en "production", histoire de ne pas perdre de temps. On joue vraiment la course contre la montre pour qu'il sorte le 14 novembre.

Entre-temps, le texte va de nouveau être soumis au regard de Jean Defrance, histoire de ne laisser passer aucune faute. De mon côté, je vais vérifier que toutes les corrections de texte ont bien été apportées. Par exemple, je me suis rendu compte mi-juillet que je m'étais trompée dans l'envoi des fichiers textes. Ils avaient en main la partie non corrigée par Loisel du dernier chapitre... Quelle gourde ! En fait, il y a tellement de remaniements successifs dans un texte que c'est forcément sujet à erreur.

Et puis, vous vous souvenez, dans mon précédent carnet de bord, je vous avais donné à voir quelques pages maquettées, pages que Loisel lui-même n'avait jamais vues. Or, en rentrant de vacances, comme il n'avait pas de mes nouvelles, il est allé en prendre sur son site. Quelle bonne idée il a eu puisqu'il a ainsi pu voir la mise en page et se rendre compte que j'avais fait une erreur aussi grosse qu'un pachyderme : j'avais utilisé une photo de lui et ses deux fils cadets déguisés en gangsters. Sauf que l'un des deux bambins n'était pas son fils... Il a donc fallu remplacer le document en urgence. Par chance, il avait quasiment la même photo avec ses deux fils et son frère. Il a donc passé une bonne partie de son après- midi à la recherche de ce document qu'il a du scanner, que j'ai ensuite envoyé au maquettiste...

Dans le même esprit, je me suis aperçu que nous avions mis une même photo à trois endroits différents : un détail sur la couverture, en pleine page face au sommaire et en format moyen dans le cinquième chapitre. C'est vrai qu'elle est magnifique,  cette photo de Loisel penché sur sa table à dessin, à la lueur d'une lampe... Mais de là à la reproduire trois fois !!!!! On a donc retiré sa dernière version et remplacée par une autre.

Cette même photo m'a également valu quelques désagréments car Loisel y est juste bêtement en train d'y dessiner une planche de Magasin général !  Quel ballot ! Comme je ne voulais décidemment pas me priver de cette photo, j'ai donc envoyé au maquettiste une photo d'une planche crayonnée de Peter Pan pour qu'il traficote le document... Voilà, quand vous verrez cette photo, vous saurez ce petit détail... Cette erreur n'était pas visible pour tout le monde ( certains croyaient sincèrement que ce visage en gros plan était celui de Peter ), mais moi je savais que ça ne l'était pas et d'un point de vue moral, je ne pouvais pas mettre une photo en couverture où Loisel dessine une planche de Magasin Général, aussi belle soit-elle. C'est vraiment le genre d'erreur nulle ! Du coup, mon honneur est sauf. Ouf.

Toute cette étape manque cruellement de poésie. On est dans la fabrication pure et tout n'est donc pas possible. Les limites de réalisation d'un ouvrage sont donc là. C'est désolant mais on n'y peut pas grand chose.

Je ne sais pas quel sera le tirage du livre. Venst d'ouest attend de connaitre le total des précommandes libraires pour décider. Je crois que nous avons vendu environ 6000 exemplaires de notre livre sur "la Quête". On aurait aimé plus, évidemment, mais c'est déjà drôlement bien. Il y a quelques jours, nous avons reçu notre relevé de droits d'auteurs pour le dernier semestre et le montant est tellement dérisoire que je préfère en rire. Nous avons touché exactement... 37,80 euros chacun. Youpi ! On va pouvoir mener la vie de château avec ça ! Il n'y a pas à dire : la réalité s'occupe toujours de nous remettre à notre place.
Pour se consoler, on se dit que son prix élevé de 39 euros est un handicap. Moi-même, je n'achète quasiment jamais de livres à ce prix-là... Pour comble de misère, ce nouveau livre va être tout aussi cher... Pardonnez-moi.

Parfois, il me vient quelques questions que j'aurai aimé lui poser pour mon livre. Ou bien je me dis que j'aurai du aller plus loin encore sur certains points. Trop tard. Je me rassure en me disant que vous pourrez toujours lui poser vos questions si un jour vous le rencontrez. Après tout, ce livre n'est qu'un début de rencontre. Moi-même, voyez-vous, je crois bien que je ne suis pas prête de cesser de lui poser des questions...

Pour le moment, je m'octroie un repos bien mérité. Je jardine, je vais chercher mes enfants à l'école, je prépare mon nid pour l'hiver... je travaille aussi, bien sûr, deux jours par semaine. Mais surtout, je me prépare à reprendre du service dès le 1er octobre en reprenant le livre sur Yvan Delporte ( scénariste, ancien rédac chef de Spirou...) que Bertrand et moi avions commencé il y a... 4 ans. Entre-temps, on a eu nos petits, on a fait le livre sur "la Quete", puis celui sur "Peter Pan"... On n'a pas chômé, c'est sûr, mais c'est vrai qu'on a un peu négligé ce projet-là. Notre erreur a été de l'interrompre car c'est vraiment difficile de se remettre dans le bain après une aussi longue interruption. Le sujet est passionnant. Même s'il ne se livre pas, on a découvert chez cet homme une émotion à fleur de peau. Elle est justement dans sa manière si bien organisée de ne rien laisser échapper de ses souffrances. On a une bonne formule pour cet ouvrage " Yvan Delporte, ce sont les autres qui en parlent le mieux!". On a réuni quelques témoignages très touchant de ses amis. Hélas, je doute qu'on réussisse à dresser un portrait aussi juste de cet homme que je l'ai fait avec Loisel. Il esquive tellement les questions... Est-ce par manque d'analyse ? Par pudeur ? Vous savez, si chez Loisel le signe extérieur de son éternelle jeunesse est la vivacité de ses boucles aujourd'hui grises, chez Delporte, ce sont ses dents : tout comme les enfants, il porte ce qu'on appelle les dents du bonheur ( ses deux dents de devant sont écartées). A peine visibles, elles n'apparaissent sous sa moustache qu'au détour d'un sourire. Aussi discrètes que réjouissantes. Etonnant chez un homme de plus de 75 ans, non ?

Je sens que dans un registre très différent, je vais prendre beaucoup de plaisir à finir ce livre sur cet homme très très étonnant. Je n'ai pas fini d'en apprendre sur la vie, à travers celle des autres...

D'ici peu, je vous parlerai de l'avancée de la vente aux enchères des originaux de Clochette. Pour l'heure, j'ai quelques bruyères d'hiver à planter avant l'arrivée d'une copine qui vient prendre un verre. Je vous l'avais dit : je me la coule douce...

A bientôt.
Ch.

Informations supplémentaires

  • Date: dimanche, 10 septembre 2006
Dernière modification le samedi, 24 octobre 2015 19:04
Lu 792 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.